Alain Boissinot : « La logique s’approche du curriculum »

(Entretien réalisé dans le cadre d’un article général sur le Conseil supérieur des programmes à paraître prochainement dans La Voix des Parents) :

Interview d’Alain Boissinot, président du Conseil supérieur des programmes  :

Quelles sont les difficultés lorsque l’on veut rénover des programmes ?

D’abord, résoudre l’instabilité. Les enseignants ont le sentiment de ne plus savoir où ils vont. En 2008, on a remis en cause ce qui avait été décidé en 2002 alors que l’on commençait seulement à le mettre en œuvre. On veut éviter ces virages à 180 degrés. La seconde est le manque de perspective d’ensemble. Avant, on y allait par petit bout, sans s‘occuper des autres niveaux ou des autres disciplines. Il faut d’abord définir la cohérence d’ensemble, dans le cadre du socle commun.

Allons-nous vers le « curriculum » ?

C’est un mot qui fait débat et qui paraît nouveau chez nous. La logique sur laquelle nous travaillons s’en approche. On préconise la cohérence globale avant le détail, avec des programmes davantage portés sur les cycles. On ne peut pas définir les programmes sans s‘intéresser à l’évaluation, aux outils pédagogiques et à la formation des maîtres. Avant, on prenait les programmes comme un idéal théorique, or on doit prendre davantage en compte ce que les élèves apprennent réellement.

N’y a-t-il pas un risque d’abaisser le niveau des élèves ?

Il s’agit de se donner les moyens d’atteindre les ambitions. On doit définir ce qui est vraiment fondamental. On pense qu’il faut faire davantage confiance aux enseignants pour la mise en œuvre des programmes. La rue de Grenelle (à Paris, là où se trouve le ministère de l’Education, NDLR) ne peut pas décider ce qui se passe chaque heure dans chaque classe.

Cela entraînerait donc une formation différente des enseignants ?

C’est essentiel. On est convaincu que ça ne sert à rien d’avoir les meilleurs programmes du monde sans donner aux enseignants les outils pédagogiques nécessaires.

Globalement, doit-on s’attendre à de grands bouleversements ?

Non, ce ne serait pas raisonnable. Ce n’est pas logique de la table rase. Il y a des points qui doivent évoluer, notamment avec l’émergence de domaines nouveaux tels que le numérique. Nous devons nous pencher sur son usage, sur les possibilités qu’il donne, ses problèmes juridiques…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s